L'expertise des supports et des revêtements

 

L’EXPERTISE DES  SUPPORTS

L’expertise du support est la première démarche à faire avant d’entreprendre des travaux de protection anticorrosion qu’ils soient préventifs ou curatifs. 

Béton neuf ou ancien

  • examen visuel de l’état général de l’ouvrage (bullage, microfissures sur les reprises de bétonnage….), 
  • tests d’arrachement pour confirmer ou non l’intégrité du support 
  • carrotage.

Tous ces éléments vont servir à évaluer l’état général du support et à déterminer le mode de préparation de surface. Dans quelque cas, l’état du support déterminera aussi le choix du revêtement.    

L’expertise du support sert également à évaluer (estimer) afin d’anticiper et de programmer les opérations de maintenance.

Acier

Pour les supports aciers, la problématique est la même : déterminer l’état du support pour définir le mode de préparation de surface et son degré.

Sur un acier neuf, l’expertise consiste à déterminer le moyen de  dégraissage et de décapage de la calamine superficielle. Le mode de préparation de surface est aussi en fonction des sollicitations chimiques, mécaniques, thermiques auxquelles le revêtement doit répondre. 

Pour un support acier corrodé, l’analyse est plus complexe. Elle consiste à déterminer le degré de corrosion de l’acier, l’épaisseur de la tôle, à détecter les chancres, les criques et l’importance de strates de calamine qui engendrent des pertes de matière et provoquent à terme des trous. La vérification des cordons de soudures et des éventuelles microfissures vont permettent d’évaluer l’état de l’équipement et de programmer des opérations de maintenance ou de remplacement de celui-ci. 

Composites

Pour les supports en composite verre résine, l’expertise est visuel dans un premier temps. Elle peut être réalisée par l’intérieur de la cuve lors d’un arrêt ou d’une vidange. Lorsque l’on constate un désordre plus important visible de l’extérieur, il est nécessaire d’intervenir rapidement car outre le fait ,  que la barrière chimique soit attaquée, la structure de l’équipement est affaibli. Sur les cuves et équipements en enroulement filamentaire, la structure est réalisée par des fils continus qui favorisent la migration des effluents dans le stratifié au fur et à mesure de la destruction de la résine. 

On constate également des désordres tels que des cloques, des faïençages, des délaminages, de l’osmose, des migrations superficielles dans la barrière chimiques des produits stockés. 

Nous expertisons les revêtements de protection en résine thermodurcissables et thermoplastiques sur des supports béton et aciers , qu’ils soient adhérents, semi-adhérents, désolidarisés.

 

Selon le type de revêtement, l’expertise et le contrôle ne va pas être les mêmes. 

Nous allons commencer par vérifier la nature des contraintes chimiques, mécaniques et thermiques pour voir si le revêtement est adapté à celle-ci, puis selon les conditions d’utilisation de l’ouvrage ou de l’équipement, comparer les différences s’il y en a. Nous allons aussi vérifier que l’ouvrage ou l’équipement n’a pas changé de destination. 

Pour les revêtements adhérents, un contrôle visuel général pour détecter les défauts d’aspect tel que les cloquages, les délaminages, l’état de la barrière chimique, les miro-trous (tête d’épingle), les fissures et microfissures superficielles ou traversantes, les remontées en contre pression, etc. …

S’il subsiste des doutes sur un désordre ponctuel concernant la porosité du revêtement par exemple, nous pouvons le contrôler au peigne diélectrique.

 

Pour les revêtements semi-adhérents qu’ils soient en résines thermodurcissables (composite verre résine) ou thermoplastiques (PEhd, PPh, PVDF ou PVC),  sont   la plus part du temps fixés  mécaniquement aux parois et sur le radier par des chevilles à large tête. Nous faisons  attention à l’homogénéité de la répartition des points d’ancrage sur la surface, au ressuage dû à des infiltrations en contre pression et à des éventuelles migrations à travers le revêtement.

On vérifie l’état des soudures des plaques de thermoplastiques.

 

Pour les revêtements désolidarisés thermodurcissables  (composite verre résine) nous gardons toujours les mêmes points de contrôle et surveillons tout   particulièrement les micro- fissurations ou les soudures en jonction de plaques qui peuvent engendrer des migrations de produits derrière le revêtement et provoquer une rupture de celui-ci lors de leur vidange.

Cette expertise permet d’établir un diagnostic précis de l’état de  vos revêtements, et de vous suggérer des solutions techniques que vous  validez ensuite en fonction de la pertinence, et de vos priorités.

Vous permettez ainsi une meilleure anticipation de la programmation  de vos opérations de maintenance, et un « lissage » permettant d’étaler vos coûts.

Actualités

6.02.17 TRAITEMENT JOINTS DE DILATATION RETENTION

Préparation et coulage de joints de dilatation  autour de massifs de cuves et de poteaux dans une cuvette de rétention dans le but de l'étancher.

[En savoir plus]

7.07.16 CERTIFICATION MASE et MASE CLUB

Le 07.07.2016 : après un audit de Véritas, l'association MASE nous a renouvelé notre certification MASE, pour 3 ans !  Le MASE est un système de management dont l'objectif est l'amélioration permanente et continue de performance...

[En savoir plus]
Voir toutes les actualités

Nous nous engageons sur une obligation de résultats par une obligation de moyens.

Lire la suite